AUTOMNE

jeudi 28 février 2013

Les Fenêtres


Le  long  des  boulevards  et  le  long  des  rues  elles  étoilent  les  maisons ;
A  l' heure  grise  du  matin , repliant  leurs  deux  ailes  en  persiennes,
elles  abritent  les  exquises  paresses  
et  emmitouflent  de  ténèbres  le  Rêve  frileux 




Mais  le  soleil  les  fait  épanouir  comme  des  fleurs ,
avec  leurs  rideaux  blancs  ,  rouges   ou  roses ;




Les  arabesques  des  guipures  chantent  les  existences    heureuses,
les  feux  joyeux  dans  les  cheminées , 
les  fleurs  rares  aux  parfums  charrieurs   d' oubli ,
les  fauteuils  hospitaliers  où  sommeillent  les  voluptueuses  songeries 




Parfois  pourtant  elle  est  radieuse   la  pauvre  fenêtre  au  bord  du  toit
quand  pour  cacher  sa  triste  nudité , le  ciel  la  peint  tout  en  bleu 
avec  son  pot  de  géranium  , elle  semble  alors  un  morceau  d' azur 



et  quand  le  soleil  se  couche  sur  son  bûcher  incendié,
éclaboussant   d' or  et  de  sang  l' horizon,
elles  resplendissent  comme  des  armures 


Jusqu'à  l' heure  navrée  , où , dans  le  recueillement   de  tous   les  objets,
l' obscurité  tombe  comme  une  neige  noire  , par  gros  flocons .





Alors  tous  les  miroitements  s' éteignent ;
toutes  les  couleurs  se  confondent  et  s' effacent ;



Seuls  les  vitraux  des  églises  , illuminés  par  quelque   lampe  solitaire,
rayonnent  doucement , 
mystérieux  et  symboliques.



Mais  il  s' éveille  bientôt  le  Paris  noctambule;
il  ouvre  ses  millions  d'yeux  aux  ardentes  prunelles;
et  dans  la  prestigieuse  atmosphère  du  soir  , 
les  fenêtres  revivent 




La  lampe  suspend  son  globe  familier : doux soleil
qui  fait  fleurir  les  heures  intimes ;
les  bougies  des  lustres  reflètent  , dans  les  glaces ,
leurs  grappes  joyeuses ,




et  sur  la  vitre  qui  est  d' opale  , on voit  glisser  des  ombres  fugitives  
aux  rythmes  de  musiques  plus  vagues  que  des  souffles ;



Et  lueurs  de  lampes  ,  lueurs  de  gaz  , 
candélabres  et  chandelles -
confondent  leurs  notes  disparates  dans  une  symphonie  de  rayons ,



où  bruits  de  fêtes ,  bruits  de  baisers  se  mêlent  aux râles  
des  solitaires  agonies  , et  aux  clameurs  
de  la  débauche  lugubre .




Puis  l' heure  silencieuse  et  froide  vient  éteindre  lumières  et  bruits.

Seul  le  pas  régulier d' un  sergent  de  ville
va  et  vient  sur  le  trottoir  sonore,
sous  les  fenêtres  qui   s' endorment  
comme  les  yeux  lassés  




Le  long  des  boulevards   et  des  rues  ::::


FENÊTRES  : sur   un  poème  de 


         MARIE    KRYSINSKA  ( Varsovie ) 
  1845  ------1908

images  personnel 
images  inspiration  Lane 
me signaler  si  problème  avec  les  images 




                                   à  très   bientôt

                                                                            IRIS            

                                                 
                                             lola qui vous regarde
                                         par  sa  fenêtre !
                                     


inscrivez votre dernier billet de blog nous viendrons vous visiter avec plaisir♥♥♥

vendredi 22 février 2013

rayon de soleil


Ce  matin 
Au  détour  du  chemin  
Je  rencontrais  le  printemps  


Vêtu  comme  un marquis  , il avait  mis  
des  fleurs  à  son  chapeau 
des  fleurs  à  son  manteau 


Et  même  sur  son  dos  




un  tout  petit  oeil   jaune
tout  jaune
                             c' est  un  primevère 



Un  tout  petit  oeil  blanc
Très  franc
                             c' est   la  pâquerette 



un  petit  oeil  de  satin 
quel  malin
                     c' est  la  violette qui  me  guette 



un petit oeil bleu
malicieux
             c' est le  myosotis



j' attends  de  la  nature,
un  printemps   favorable 
à  mon  coeur  
par  sa  lumière  et  sa  verdure 


qui  m' arrêtera   et  me  fera    rêver 




une  invasion   de  tourterelles   
par  centaines  
dans  mon  jardin   et  les  prés   ♪♪►♪♪☼




je  vous  souhaite   de  bonnes  vacances 



à  très  bientôt 

                                                                  IRIS   

 ♪♪♫♪




dimanche 17 février 2013

Conte de FÉES


Ceci  est la  très  véridique  histoire d' une  petite  fille  appelée   " GELÉE "


Un  jour  une  grande  reine  , d' une  province  lointaine ,
fit  venir en son  château  une  sorcière  afin  de  trouver  un  remède
au  grand  mal  qui  la  clouait  au  lit  depuis  de  longues  années  
( l' éthylisme )


La  sorcière   perplexe  , se  mit  au  travail  
à  tout  hasard  , elle  alluma  un  feu  ,  prit  un  grand  chaudron  ,
puis  y  jeta  un  peu  tout  ce  qui  lui  tombait  sous  la  main :

----un  pied  de  veau   
----3  carottes  arrachées  à la  terre  humide  d' un cimetière  
         lors  d' une  pleine  lune
----quelques  feuilles  de  céleri
----un  oignon (  très  méchant  qui  fait  pleurer 
----et  puis   des  simples ---du  laurier 
                                            ----une  racine  de  mandragore
                                            ----du  thym 
                                            -----du  persil
                                            ------de  la  bave  de crapaud  
                                 plus par tradition  , que par réelle  conviction !
                                             ------et  quelques  toiles d' araignées 




peu  satisfaite  de  son  mélange  elle  rajouta  un  morceau  de  boeuf 



Éclatant  d  un  rire  sardonique  , mais  peu  enthousiaste  
elle  noya  le  tout  sous  un  litre  et  demi  d' eau
mit  le  couvercle  
et  s' assit  au  coin  de  son  foyer  laissant  cuire  à  feu  doux 



Le  chat  Lucifer  , lissant  régulièrement  ses  moustaches 
surveillait  la  cuisson  avec  beaucoup  d' attention 



Au  bout  de  3  heures  environ  il  miaula   3  fois  pour 
signaler  que  c' était  terminé




La  sorcière  courbée  par  les  ans  attrapa  péniblement le  chaudron
et  sépara  le  liquide  des  " matières " 
qui  furent  distribuées  au  chat   et  au  corbeau  
le  chat  s' accommoda  du  petit  morceau  de  boeuf  
agrémenté  de  cornichons  et  de  tomates  
au  corbeau  échurent  les  morceaux  de  pieds  de  veau ::::




Le  bouillon   mit  de  côté  , semblait  inachevé ,
la  sorcière  rajouta  quelques  maléfices  
à  savoir  un  demi  verre  de  madère 



ensuite  elle  alla  porter  ce  mélange  sur  la  montagne   Frigo
et  revint  le  chercher  le  lendemain 

le  bouillon  était  pris  ( figé )



elle  le  porta  à  la  reine  qui  le  dégusta  au  début  avec  méfiance 
et  bientôt  fini le  pot
------------comment  appelles-tu  cette  mixture ?
------------Gelée  "  répondit  la  sorcière  "

La  reine  fut  guérie  et  remercia vivement  la  sorcière ,
celle -ci  se  voyant  épargnée  par  le  bûcher, 
rentra  vivement  dans   sa  tanière 




Quelques  temps  plus  tard  la  reine  mis  au  monde  un  petite  fille
toute  tremblotante  qu' elle   appela    " GELÉE  "





C' est  là  que  sa  fout  les  jetons  parce  qu' on voit  pas  comment
elle  a  pu  la  choper  la  gamine  , il  s' agit  peut-être  d' un  dommage
collatéral  consécutif  à  l' absorption  )



Au  fil  des  siècles  sa  descendance  fut  à  l' origine 
de  nombreuse  familles  de  grande  noblesses 

______________poulet  en  gelée
______________pâté  en  gelée
______________oeufs  en  gelée
______________poissons  en  gelée



si  vous   suivez  cette  recette  
sachez   que  c' est  à  vos  risques  et  périls  !!!


http://blog.ailes-de-papier.frconcours  pour  écrire  un  conte  de  fée 



très  bonne  lecture  
et  attention   !!!!!!      



 à  bientôt  

                                                       IRIS