AUTOMNE

vendredi 27 septembre 2013

couleur prune & pourpre




La pourpre était extraite de mollusques gastéropodes, les murex (dits aussi escargots de mer), beaux animaux à la coquille hérissée d'épines




 Puissance et autorité






Le violet est la couleur de la tempérance. Mélange de bleu et de rouge, il associe action réfléchie et lucidité, équilibre entre le ciel et la terre, le sens et l’esprit, la passion et l’intelligence, l’amour et la sagesse.





Positif:
mystère, secret, mysticisme, richesse, délicatesse, tendresse, splendeur, profondeur, sagesse, prudence, amour, douceur, calme, lucidité, concentration, inspiration, transformation,






Négatif:
malaise, trouble, provocation, intériorisation, éloignement, froid, triste, funèbre, orgueilleux, pompeux, gravité profonde, mélancolie, ..




Une   couleur   que  j'aime   beaucoup  

Que  je  retrouve   dans  le  jardin   &  la  maison  














Un   film   que  j'ai  beaucoup   aimé   





                         JE  VOUS   SOUHAITE   UN   BON   WEEKEND  

MERCI   à   TOUS   DE  VOS  GENTILS  COMMENTAIRES  

Cela   me   réchauffe   le  

à   bientôt


                                                                    IRIS





ma  participation  le  jeu  des  couleurs    chez   escargotine

lundi 23 septembre 2013

L'araignée tisse sa toile


Une   vraie   brodeuse   en  pleine   action      ( clic  sur  le carré  à droite  de la vidéo)

                                                                             pour  un  plein  écran )       


                                           POÉME A L'ARAIGNÉE

Jeanne Hyvrard

Une araignée entreprenante
Avait tendu un fil
Entre sureau et laurier
Soit sur plus de cinq mètres
Les arbres étant de tailles inégales
L'architecture penchait
Défiant les lois de la gravitation
Mais elle n'en avait cure
Et dans l'humidité d'Octobre
On voyait au soleil levant
De ce pont suspendu
Briller tous les haubans



J'aime l'araignée


J'aime l'araignée et j'aime l'ortie,

Parce qu'on les hait ;

Et que rien n'exauce et que tout châtie

Leur morne souhait ;





Parce qu'elles sont maudites, chétives,

Noirs êtres rampants ;

Parce qu'elles sont les tristes captives

De leur guet-apens ;





Parce qu'elles sont prises dans leur oeuvre ;

Ô sort ! fatals noeuds !

Parce que l'ortie est une couleuvre,

L'araignée un gueux;






Parce qu'elles ont l'ombre des abîmes,

Parce qu'on les fuit,

Parce qu'elles sont toutes deux victimes

De la sombre nuit...





Passants, faites grâce à la plante obscure,

Au pauvre animal.

Plaignez la laideur, plaignez la piqûre,

Oh ! plaignez le mal !



Il n'est rien qui n'ait sa mélancolie ;

Tout veut un baiser.

Dans leur fauve horreur, pour peu qu'on oublie

De les écraser,







Pour peu qu'on leur jette un oeil moins superbe,

Tout bas, loin du jour,

La vilaine bête et la mauvaise herbe

Murmurent : Amour !

Victor  Hugo




LOUIS   XV   , se  fit  faire   un  habit  de  cour  en  fils  de  soie  d'araignée  




Plus   récent   une  cape  faite  entièrement  avec  du  fil  de  soie  d'araignée





Je  vous   souhaite  une  très  bonne   semaine  

avec   un  bon  café   sous  les  derniers   rayons  de  soleil  ♪♫

                                         Merci  de  tous  vos  gentils  commentaires  

                                                       IRIS

samedi 21 septembre 2013


une   photo  pour   un  samedi   

chez   AMARTIA        




y  a- t- il  une  oreille   assez   fine  pour   entendre  le   soupir 

                      des  roses   qui  se  fanent   

Arthur  Schnitzler 



                                                      Rose   " Catherine   Deneuve " 



                                       BON    WEEKEND  

                                                                      IRIS


mercredi 18 septembre 2013

Les soleils de Septembre


Sous   ces  rayons  cléments  des  soleils  de  septembre

Le  ciel  est  doux , mais  pâle , et  la  terre  jaunit.



Dans  les  forêts  la  feuille a la  couleur  de  l'ambre ;

L'oiseau  ne  chante  plus  sur  le  bord  de  son  nid.




Du  toit  des  laboureurs  ont  fui  les  hirondelles ;

La  faucille  a  passé  sur  l'épi  d'or  des  blés ;





On  entend  plus  dans  l'air  le  frémissement  d'ailes;

Le  merle  siffle  seul   au  fond  des  bois  troublés  





La  mousse   est  sans  parfum , les  herbes  sans  mollesse;

Le  jonc  sur  les  étangs  se  penche  soucieux ;




Le  soleil  , qui  pâlit  , d'une  tiède  tristesse

Emplit  au  loin  la  plaine  et  les  monts  et  les  cieux .





Les  jours  s'abrègent  ;  l'eau   qui   court  dans  la  vallée  

N'a plus  ces  joyeux  bruits  qui   réjouissaient  l'air:




Il  semble  que  la  terre  , et  frileuse  et  voilée ,

Dans  ses  premiers  frissons  sente  arriver  l'hiver .

Auguste  Lacaussade  




Colchiques   dans  les  près   , fleurissent   ,  fleurissent

Colchiques  dans  les  près  , c'est  la  fin  de  l'  ÉTÉ

un   petit   thé  ??????,,




N'oubliez  pas  d'installer  votre  vignette  de  blog

Cette  fonction   est  en  haut  à  gauche  " hop  blog  " 

Nous  irons  vous  lire  avec  plaisir  ,  ♫♪♫  



                                                            IRIS  

merci   a  tous   de   vos  gentils  commentaires  
qui  m'aide  à  nourrir  ce  blog  
                               

                                                       ô  nature  ,

L'hiver  est  un  sommeil  et  n'est  point  un  trépas:

Les  printemps  reviendront  te  faire  belle  et  verte 

L'homme  vieillit  et  meurt  , toi tu ne  vieillis  pas  .







samedi 14 septembre 2013

une photo pour un samedi

AMARTIA





ce  héron   est  très  présent  , juste   au  dessus  de  la  mare   

pas  très  facile  de  le  déloger   

il  est  d'une  extrême   impertinence   





                                     LE  HÉRON  


Un jour, sur ses longs pieds, allait je ne sais où,
Le Héron au long bec emmanché d'un long cou.
Il côtoyait une rivière.
L'onde était transparente ainsi qu'aux plus beaux jours ;
Ma commère la carpe y faisait mille tours
Avec le brochet son compère.
Le Héron en eût fait aisément son profit :
Tous approchaient du bord, l'oiseau n'avait qu'à prendre ;
Mais il crut mieux faire d'attendre
Qu'il eût un peu plus d'appétit.
Il vivait de régime, et mangeait à ses heures.
Après quelques moments l'appétit vint : l'oiseau
S'approchant du bord vit sur l'eau
Des Tanches qui sortaient du fond de ces demeures.
Le mets ne lui plut pas ; il s'attendait à mieux
Et montrait un goût dédaigneux
Comme le rat du bon Horace.
Moi des Tanches ? dit-il, moi Héron que je fasse
Une si pauvre chère ? Et pour qui me prend-on ?
La Tanche rebutée il trouva du goujon.
Du goujon ! c'est bien là le dîner d'un Héron !
J'ouvrirais pour si peu le bec ! aux Dieux ne plaise !
Il l'ouvrit pour bien moins : tout alla de façon
Qu'il ne vit plus aucun poisson.
La faim le prit, il fut tout heureux et tout aise
De rencontrer un limaçon.
Ne soyons pas si difficiles :
Les plus accommodants ce sont les plus habiles :
On hasarde de perdre en voulant trop gagner.
Gardez-vous de rien dédaigner ;
Surtout quand vous avez à peu près votre compte.
Bien des gens y sont pris ; ce n'est pas aux Hérons
Que je parle ; écoutez, humains, un autre conte ;
Vous verrez que chez vous j'ai puisé ces leçons

La   Fontaine 



                                                           à   bientôt

                                        IRIS 


 Suivre   les  autres  participants   chez  AMARTIA



mercredi 4 septembre 2013

Peinture ::::::::



j'ai  repeint   avec  plaisir  tous  les  nichoirs  du  jardin  



du  " bleu-nuage"  au bout de mon pinceau  

toutes les petites  maisons  , ont  subi  le  même  sort ::::



Au  printemps  l'oiseau  naît  et  chante:

n'avez-vous pas  ouï  sa  voix ?::::::



elle  est  pure  , simple  et  touchante ,

la  voix de  l'oiseau - dans  les  bois !




L'été , l'oiseau cherche  l'oiselle ;

Il  aime - et n'aime qu'une fois !




Qu'il  est  doux , paisible  et  fidèle ,

le nid  de  l'oiseau  - dans  les  bois !




Puis  quand  vient  l'automne  brumeuse , 

Il  se  tait :::avant  les  temps  froids .




Hélas ! qu'elle  doit  être  heureuse  

La  mort  de  l'oiseau - dans  les  bois !

Gérard  de  Nerval 



Le  soleil   est  couché  , à  présent  l'herbe  longue  

Oscille  , languissante , dans  le  vent  du  soir;



L'oiseau  s'est  envolé de  cette  pierre  grise 

Pour  trouver  quelque  chaud  recoin  où se  blottir  .




Il  n'est  rien  , dans  tout  le  paysage  désert  ,

Qui  vienne  frapper  mon  regard  ou  mon  oreille,

Si  ce  n'est  que  le  vent  , là-bas,

Accourt  en  soupirant  sur  la  mer  de  bruyères 

Émily  Jane  Brontë 




 


Aujourd'hui, c'est  dimanche  , et  le  jardin  est  si  tranquille 

qu'à  contempler  , cet  après-midi  , les  ombres  qui  s'allongent  

paresseusement  sur  l'herbe , à entendre  les  corneilles  se  quereller  

au  sommet  des  arbres  , je  m'attends  presque  à  entendre  

les  cloches  d'une  église   d' Angleterre  :::::::::

Elisabeth  Von  Arnim  (  son  jardin  Allemand ) 


C'est   l'heure  de  la  rentrée  , bon  courage  à  tous  



Merci   pour  tous  vos  gentils  commentaires 

Avec  toute  ma  tendresse        ♥

   Faire  un  clic sur les photos  pour les voir  en plus  grand  ::::::                                                            

                                                      IRIS