lundi 21 octobre 2013

MORDORÉ

le  petit  jeu  des couleurs   chez  " ESCARGOTINE



Aux  branches   que   l'air  rouille  et  que  le  gel  mordore ,
Comme  par  un  prodige  inouï  du  soleil ,
Avec  plus  de  langueur  et  plus  de  charme  encore ,
Les  roses  du  parterre  ouvrent  leur  coeur  vermeil .




Dans  sa  corbeille  d'or  , août  ceuillit  les  dernières:
Les  pétales  de  pourpre  ont  jonché  le  gazon .
Mais  voici  que  , soudain  , les  touffes  printanières
embaument  les  matins  de  l'arrière - saison .






Les  bosquets  sont  ravis  , le  ciel  s'étonne
de  voir  , sur  le  rosier  qui  ne  veut  pas  mourir  ,
Malgré  le  vent  , la  pluie  et  le  givre  d'automne  ,
Les  boutons  , tout  gonflés  d'un sang  rouge  , fleurir




En  ces  fleurs  que  le  soir  mélancolique  étale  ,
C'est  l'âme  des  printemps  fanés  qui  , pour  un  jour  ,
Remonte  , et  de  corolle  en  corolle  s'exhale,
comme  soupirs  de  rêves  et  sourires  d'amour  .







Tardives  floraisons  du  jardin  qui  décline ,
Vous  avez  la  douceur  exquise  et  le  parfum



                    Des  anciens  souvenirs  , si  doux  , malgré  l'épine
                    De  l'illusion   morte  et  du  bonheur   défunt  .

                                                                                                          Nérée  Beauchemin 







je  mets  un  poème  en  hommage  à  ma  belle-soeur  Ginette
qui  vient  de  disparaître
elle  s'est  noyée  en  mer ,  aux  îles  Canaries





L'amour ne disparaît jamais...la mort n'est rien.
Je suis seulement passé dans la pièce d'à côté.
Je suis moi et vous êtes-vous.
Ce que nous étions les uns pour les autres, nous le sommes toujours.
Donnez-moi le nom que vous m'avez toujours donné.
Parlez-moi comme vous l'avez toujours fait.
Ne changez rien au ton, ne prenez pas un air solennel ou triste.
Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi.
Que mon nom soit prononcé à la maison comme il l'a toujours été.
La vie signifie tout ce qu'elle a toujours signifié.
Elle est ce qu'elle a toujours été.
Le fil n'est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de votre pensée, simplement parce que je suis hors de votre vue?
Je vous attends, je ne suis pas loin, juste de l'autre côté du chemin.
Vous voyez, tout est bien.
Saint Augustin.



ce  poème  quand  je  le  lis  me  fait  du  bien
merci  Mousse  de  me  l'avoir  envoyé
j'ai  le  coeur  lourd
                                                            à  bientôt

                                                              IRIS

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez moi un petit mot, même si justement ce n'est qu'un mot..
à bientôt

Pour vous aider à publier votre commentaire:
dans la liste déroulante :
- Si vous avez un compte Google , Identifiez vous
- Si non inscrivez votre Nom et votre URL
- Pour les autres choisissez le lien Anonyme , Vous pourrez signer directement dans votre commentaire
Publiez et j'aurai le plaisir de vous lire . Merci !