samedi 8 septembre 2018

EMILY DICKINSON (1861)



Aussi imperceptiblement que le chagrin

L’été s’en est allé-

Trop imperceptible enfin

Pour ressembler à quelque perfidie-




Une quiétude s’est distillée

Comme un demi-jour commencé de longtemps,

Ou la nature qui aurait passé avec elle-même




Un après-midi séquestré-

L’obscurité s’est installée plus tôt-

Le matin, étranger, a brillé-





Courtoise, pourtant déchirante grâce,

Comme invitée, mais qui s’en serait allée-




Et ainsi, sans une aile,

Ni l’aide d’une quille


.

Notre été, léger, a pris la fuite

Vers la beauté.

EMILY DICKINSON (1861) 


Emily Dickinsons Inkwell & Quill Pen


Quand les Roses finiront de fleurir, mon cher,

Et les Violettes seront flétries,


:)


Quand les Bourdons dans un vol solennel

Passeront au-delà du Soleil,


all the beauty things...                                                                                                                                                                                 Más


La main qui s’arrêta pour cueillir

Ce jour d’été


Profusion végétale en façade


Reposera indolente



Alors prenez mes fleurs, je vous prie !

*****************


petite   théière  "  Béatrix  Potters  "  que j'aimerais  bien  m'offrir  

qui   irait   compléter   ma  collection  de  théières  " animaux  

très   bonne  semaine  à tous  

EDITH



15 commentaires:

  1. Un bien joli texte et des photos sublimes.
    Même ici en Grèce, ce samedi nous parle d'automne car il a beaucoup plu.
    Mais je ne veux pas croire à la fin de l'été!!!
    Bisous Edith et bon dimanche à venir.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Edith,

    C'est vraiment très joli et très subtil ton texte et tes photos‌.
    J'admire ces superbes fleurs et objets, toujours assemblés avec le goût du beau.
    Et tes roses anciennes sont magnifiques.
    C'est un superbe billet que tu m'envoies et t'en remercie.
    Parle nous encore du temps qui est passé et qui passe
    Félicitations j'aime beaucoup

    Belle journée
    Gros bisous

    Jean-Pierre

    RépondreSupprimer
  3. c'est très joli Edith, j'aime beaucoup
    bon et beau mois de septembre
    gros bisous

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir ma douce petite fleur,
    Magnifique texte et superbes illustrations et pour ta jolie théière je vais voir ou je peux la trouver rien que pour toi :)
    Je prends note du nom et je regarde partout ma douce petite fleur
    Gros gros bisous ma douce, bonne soirée et à bientôt !

    RépondreSupprimer
  5. Merci Edith, pour ton magnifique site !
    Paul Stendhal

    RépondreSupprimer
  6. Comme toujours, des mots et des illustrations magnifiques. Merci pour ce joli moment.
    Un doux dimanche. Bisous
    Michèle

    RépondreSupprimer
  7. Coucou Edith,
    des photos magnifiques et si poétiques pour accompagner la sortie de l'été en beauté...
    Ici, la fraîcheur s'impose de temps en temps et nous terrorise l'échine... heureusement, elle hésite à rester pour l'instant.
    Bon weekend, bisous bisous

    RépondreSupprimer
  8. L'été n'a pas encore plié bagages, même si l'automne commence à faire sentir son arrivée prochaine, le soleil fait de plus longues nuits mais bien qu'il ai calmé ses ardeurs, il chauffe encore
    Je te souhaite une belle semaine
    Amicalement
    Claude

    RépondreSupprimer
  9. Je ne peux passer sans m'arrêter pour lire ces vers d'Emily Dickinson que j'aime tant.
    Ici aussi, l'automne se faufile.
    Merci pour cet article et bon dimanche.

    RépondreSupprimer
  10. Hello Edith
    Voila un poême un peu nostalgique. Toujours trés bien illustré.
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
  11. Joli billet sur le temps qui passe si vite . Bizzzzzzz

    RépondreSupprimer
  12. je ne sais pas comment tu trouves tes photos, mais en lisant cet article je me dis que tu crées une sorte de monde onirique, idéal inaccessible dans la vie quotidienne, monde fantasmée qui peut générer une sorte de frustration à l'atterrissage. quelle jolie fenêtre! ce fauteuil capitonné sous un arbre etc... il faut bien ça pour être en accord avec les poèmes de Mme Dickinson. as-tu pensé parfois à "créer" une sorte d'édition illustrée de ses poèmes? je veux dire autrement que sur le blog. tu fais ça vraiment très bien. je te souhaite une bonne journée :)

    RépondreSupprimer
  13. Bonsoir Edith
    Ton billet est un pur bonheur, très joli texte accompagné de magnifiques photos et cette petite théière tellement adorable je craquerais aussi
    Bises & douce soirée

    RépondreSupprimer
  14. Des mots délicats, des illustrations pleines de charme, comme toujours, quel plaisir de suivre cette page parsemée de roses et de fleurs des champs, entre autre, merci !
    Comme elle est jolie cette potiche "dame souris ou dame marmotte ?"
    Bises Iris

    RépondreSupprimer
  15. Emily Dickinson était une grande poetesse et c'est bien d'en parler...

    RépondreSupprimer

Laissez moi un petit mot, même si justement ce n'est qu'un mot..
à bientôt
Edith